Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Christine de Pisan

Explicit lays en vers leonnine - Ballade


Ballade / Poémes d'Christine de Pisan





Se je ne finoye de dire


Et d'escripre,

Je ne pourroie souffire,

Amis, pour louer assez,

En cent ans voire passez,

Vostre bonté, n'a descripre

Vo beaulté ou l'en se mire,


N'a redire

N'y a, si sont amassez

En vous tous biens entassez

Ou grace et honneur se tire.



N'il n'est royaume n'empire


Ou eslire

On peüst tel, n'oÿ lire

N'ay des vaillans trespassez

Tant de bien, vous effassez

Leur grant vaillance, beau sire;

Car le monde se remire


Et desire

Vous qui tous vices cassez

Ne du bien n'estes lassez

Nul temps, n'on n'en puet mesdire.



Et quant vous estes si parfait

Que chascun loe vostre fait

Et dit que vous n'avez pareil

Ne qu'oncques nul n'y vid meffait,

Mais cil qui les despris reffait,

Plein de sens et de bon conseil

Enluminant com le soleil

Qui toutes tenebres deffait,

Et ou prouece a son recueil,

La porte de joye et le sueil

Et cil qui les nobles reffait.



Ne vous doy je de cuer parfait

Amer et m'esjoïr de fait

D'avoir ami si a mon vueil,

Bon, noble et preux, qui het tort fait,

Ne qui n'a riens de contrefait,

Bel, jeune et doulz, plaisant a l'ueil,

Franc, courtois et de doulz accueil,

Si bon que ou monde n'a si fait

Humain, trés humble, sanz orgueil;

Si puis dire, nul n'en ait dueil,

Cil qui tout bien met a effait.



Et, se m'amour vous doy nommer


N'ami clamer


Et reclamer,

Sachiez que j'en fais mon devoir

Si bien qu'on ne m'en doit blasmer;


Car affermer


Et confermer

Amours a fait par estouvoir

Mon cuer en vous, si que mouvoir


Pour nul avoir


Cellui vouloir

Je ne pourroie.
Ains a la mer

Osteroie trestout l'amer;


Doulçour avoir,


Et remouvoir

Li feroie et s'iaue toloir

Entierement, et reprimer



Son flo que l'en voit escumer,


Toute semer


Et enflammer

S'arene, et que fable fust voir,

Le monde de nouvel former,


Fondre, entamer


Et refformer

Pierres dures, et feu plouvoir,

Les estoilles toutes ardoir,


Que main fust soir,


Sans desmouvoir

Tout l'umain siecle consommer,

Paistre le monde, et affermer


Et apparoir


Que blanc fust noir

Feroie, ainçois que desmouvoir

Me peüsse de vous amer.



Car vous estes la joye


Qui me resjoye


Et avoye


A tout bien,

Ne sanz vous ne pourroie


Et ne vouldroie


Ne saroie


Valoir rien,

Et pour ce a vous emploie


Toute et ottroye


L'amour moye;


Car sçay bien

Que vous estes la voie


Qui me ravoie,


Ne m'esjoye


Aultre rien,

Et c'est ce qui m'apoye


Ou que je soye,


Mais que voie


Vo maintien.



Si n'en cuide estre deceüe,

Car je me suis apperceüe

Que vous m'amez de cuer entier;

Car par long temps m'avez sceüe

Et quant j'ay bien l'amour sceüe,

Qui n'est pas depuis avantier

Encommenciée, et que mestier

Vous estoit que fust receüe

Vostre amour ou pou exploitier

Postés long temps par nul sentier,

Lors fu vostre amour conceüe

En moy qui si bien m'a sceüe

Que mon cuer de joye est rentier.



Car par seulement la veüe

Avoir de vous je suis peüe

De quanque on pourroit souhaidier

D'autre bien, car j'ay esleüe

Ma joye en vous, chose est deüe

De vous amer, c'est doulz mestier

Ou l'on apprent a accointier

Tout honneur; si suis pourveüe

D'ami loial, au mien cuidier,

Qui de moy fait tout mal vuidier.

S'en lo
Amour par qui eüe

Ay vostre amour et qui meüe

M'a a l'amer encommencier.



Et puis qu'Amours nous a joins

Ensemble et conjoins,


Soient noz soins,


Et près et loings,


Amis, de loiaument

Nous entr'amer et tous besoins


Et tous amers poins,


Se sommes poins


De durs poins,



Nous porterons doulcement

Et vivrons joyeusement


Et trés liement


Gaiement


Car nous serons enoins

De doulz espoir qui fermement


Et trés purement


Finement

Nous soustendra a ses poins.



Et d'ainsi nos jours user


Sanz mal user

Nulz ne pourra accuser

De nul meffait nostre vie,

Ne sur nous nul mal causer


Ne gloser,

Car sur nul n'arons envie

Ne vouloir d'autre encuser


Pour nous excuser.



Car de tous poins assouvie

Leesce en nostre penser

Sera, par quoy ert ravie,


Sanz nul offenser,

Tristece qui gent devie,


De nous, qui fausser

Ne voulons, ainçois plevie,


Sanz nul jour cesser,

Avons foy vraye assouvie.



Et pour tant se mesdisans


Pour nous grever

Vont disant leurs moz cuisans


Par controuver

Ne devons pas estre aver

Des tresors doulz, advisans,

Qu'Amours aux amans trouver,


Par esprouver,

Fait sur tous biens reluisans,


Et qui sauver

Pevent de tous maulz nuisans


Sanz emblasver.

Si n'en soions pas exans;


Pour quoy laver

Nous en devons, quant lever

En joye plus de dix ans

Nous puet li moins souffisans


Des biens, prouver

Le puis par tous poursuivans,


Sanz controuver.



Et s'en contrée longtaine

Vostre noblece vous meine

Et la prouece haultaine,

Qui vo noble cuer demeine,

Ce me sera moult grant peine;

Mais je prendrai reconfort

En ce que je suis certaine

Que de vraie amour certaine,

Plus qu'aultre chose mondaine,

Ne que
Paris belle
Heleine,

Comme dame souveraine,

M'amez de tout vostre effort.



Et combien que de dueil pleine

Seray nuit, jour et sepmaine,

Et tout le temps triste et vaine,

Sanz estre lie ne saine,

En pire point qu'en quartaine,

Ce me soustendra au fort

Que, se
Dieux tost vous rameine,

Oncques si joyeuse estraine

N'ot dame, noble ou villaine,

Com j'aray, ne chastellaine,

Quant tendray en mon demaine

Vous que j'aim sur tous trés fort.



Si vous pri, ma vraye amour,


Ma doulçour,

Mon bien, ma paix, ma vigour,


Mon retour,

La riens que j'aime le mieulx,


Qu'en tous lieux

Gay, jolis, joieux tousjour,


Sanz mal tour,

Soyez et plein de baudour,

Pour m'amour; car se m'aist
Dieux,

Pour vous sera mon atour


Par honnour

Gay, jolis, gent et joyeux.

Si me tendray sanz tristour


Ne doulour;

Car voz amoureux beaulz yeulz


Tous mes dieux

Gariront par leur vigour,

De vous venra la savour

Par quoy mes jours seront tieulx.



Amis de mes maux le mire,


Qui sanz yre

Me tenez et sanz deffrire,

De qui les grans biens tauxes

Ne pourroient ne pensez

Estre, car tout tire a tire

Vostre bon cuer les atire,


Ou remire

Ont tous ceulx qui oppressez

Sont et de dueil empressez


Cui martire;



Et le mal qui les empire


Et fait frire

Confortez par vo doulz rire

Qui le mien cuer enlascez.

Je vous pri ja ne cessez

D'estre en l'amoureux navire

Qui vers toute joye tire


Et n'empire,

Ne ja ne vous en lascez,

Et vous serez surhaulcez

Sur tous bons sanz contredire.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Christine de Pisan
(1364 - 1431)
 
  Christine de Pisan - Portrait  
 
Portrait de Christine de Pisan