Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Charles d'Orléans

Ballades - Ballade


Ballade / Poémes d'Charles d'Orléans





Las !
Mort, qui t'a fait si hardie
De prendre la noble
Princesse
Qui était mon confort, ma vie,
Mon bien, mon plaisir, ma richesse!
Puisque tu as pris ma maîtresse,
Prends-moi aussi son serviteur,
Car j'aime mieux prochainement
Mourir que languir en tourment,
En peine, souci et douleur!



Las! de tous biens était garnie
Et en droite fleur de jeunesse !
Je prie à
Dieu qu'il te maudie,
Fausse
Mort, pleine de rudesse!
Si prise l'eusses en vieillesse,
Ce ne fût pas si grand rigueur ;
Mais prise l'as hâtivement,
Et m'as laissé piteusement
En peine, souci et douleur!



Las ! je suis seul, sans compagnie !
Adieu ma
Dame, ma liesse!
Or est notre amour départie*,
Non pourtant, je vous fais promesse
Que de prières, à largesse,
Morte vous servirai de cœur,
Sans oublier aucunement;
Et vous regretterai souvent
En peine, souci et douleur.



Dieu, sur tout souverain
Seigneur,
Ordonnez, par grâce et douceur,
De l'âme d'elle, tellement
Qu'elle ne soit pas longuement
En peine, souci et douleur!



En la forêt d'Ennuyeuse
Tristesse,
Un jour m'advint qu'à par moi cheminoye,
Et rencontrai l'Amoureuse
Déesse
Qui m'appela, demandant où j'alloye.
Je répondis que, par
Fortune, estoye
Mis en exil en ce bois, long temps a.
Et qu'à bon droit appeler me pouvoye
L'homme égaré qui ne sait où il va.



En souriant, par sa très grand humblesse,
Me répondit : «
Ami, si je savoye
Pourquoi tu es mis en cette détresse,
A mon pouvoir volontiers t'aideroye;
Car, jà piéça, je mis ton cœur en voye
De tout plaisir, ne sais qui l'en ôta;
Or me déplaît qu'à présent je te voye
L'homme égaré qui ne sait où il va.



Hélas! dis-je, souveraine
Princesse,
Mon fait savez, pourquoi le vous diroye?
C'est par la
Mort qui fait à tous rudesse,
Qui m'a tollu celle que tant amoye,
En qui était tout l'espoir que j'avoye,
Qui me guidait, si bien m'accompagna
En son vivant, que point ne me trouvoye
L'homme égaré qui ne sait où il va.



«
Aveugle suis, ne .sais où aller doye;
De mon bâton, afin que ne fourvoyé,
Je vais tâtant mon chemin çà et là;
C'est grand pitié qu'il convient que je soye
L'homme égaré qui ne sait où il va ! »



En regardant vers le pays de
France,
Un jour m'advint, à
Douvres sur la mer,
Qu'il me souvint de la douce plaisance
Que je soûlais audit pays trouver;
Et commençai de cœur à soupirer,
Combien certes que grand bien me faisoit
De voir
France que mon cœur aimer doit.



Je m'avisais que c'était non savance
De tels soupirs dedans mon cœur garder,
Vu que je vois que la voie commence
De bonne paix, qui tous biens peut donner;
Pour ce, tournai en confort mon penser.
Mais non pourtant mon cœur ne se lassoit
De voir
France que mon cœur aimer doit.



Alors chargeai en la nef d'Espérance

Tous mes souhaits, en leur priant d'aller

Outre la mer, sans faire demeurance,

Et à
France de me recommander.

Or nous doint
Dieu bonne paix sans tarder!

Adonc aurai loisir, mais qu'ainsi soit,

De voir
France que mon cœur aimer doit.



Paix est trésor qu'on ne peut trop louer.
Je hais guerre, point ne la dois priser;
Destourbé m'a longtemps, sois tort ou droit,
De voir
France que mon cœur aimer doit!



En la forêt de
Lomgue
Attente
Chevauchant par divers sentiers
M'en vais, cette année présente,
Au voyage de
Desiriers.
Devant sont allés mes fourriers
Pour appareiller mon logis
En la cité de
Destinée;
Et pour mon cœur et moi ont pris
L'hôtellerie de
Pensée.



Je mène des chevaux quarante
Et autant pour mes officiers,
Voire, par
Dieu, plus de soixante,
Sans les bagages et sommiers.
Loger nous faudra par quartiers,
Si les hôtels sont trop petits;
Toutefois, pour une vêprée,
En gré prendrai, soit mieux ou pis,
L'hôtellerie de
Pensée.



Je despens chaque jour ma rente
En maints travaux aventuriers,
Dont est
Fortune mal contente
Qui soutient contre moi
Dangiers;
Mais
Espoirs, s'ils sont droicturiers,
Et tiennent ce qu'ils m'ont promis,
Je pense faire telle armée
Qu'aurai, malgré mes ennemis,
L'hôtellerie de
Pensée.



Prince, vrai
Dieu de paradis,
Votre grâce me soit donnée,
Telle que trouve, à mon devis",
L'hôtellerie de
Pensée.












Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Charles d'Orléans
(1391 - 1465)
 
  Charles d'Orléans - Portrait  
 
Portrait de Charles d'Orléans