Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

César Moro



Biographie de César Moro


Poésie / Poémes d'César Moro





Il naît à Lima le 19-VI1I-1903. Fils d'un médecin d'origine provinciale, le docteur Quispes Asin, qui meurt quand il n'a pas encore cinq ans. Pour subvenir à l'éducation de ses trois frères et lui, sa mère prend quelques pensionnaires, dont une vieille fille au pittoresque saugrenu, Maria Carreno, qui toute sa vie fournira à la mythologie du poète. Autres éléments de son enfance qu'il retenait : le « bestiaire » du Zoologique, dans lequel le promenait son grand-père, un Espagnol qui, après des déboires dans les affaires, en était devenu Directeur. Puis certains endroits « magiques », comme le vieux Musée national, la fontaine du Parc de Neptune, les « monuments » au naturaliste italien Raimondi ou à l'amiral français Dupeth-Thouars.



Il commence à étudier au Collège jésuite de « la Inmacu-lada ». N'en supporte pas longtemps la discipline et s'arrange pour qu'on l'expulse. Les seuls cours auxquels il aura prêté attention : les cours de français.

Très tôt, il s'est mis à dessiner, à peindre et, quoiqu'à un moindre degré, à écrire.

En 1921, son frère Carlos, de trois ans son aîné, voyage à Madrid avec une bourse de l'Académie San Fernando. Il ne songe, dès lors, lui-même, qu'à partir, mais non pour Madrid, qu'à l'avance il déteste et où jamais il n'ira : pour Paris, qu'il se figure comme la ville de toutes les « ambitions ».



Depuis toujours, le « torture » la « question du nom ». Fin août 1923, en lisant Gomez de la Serna, il achoppe à un personnage à qui « n'arrive que d'avoir un cheval de frise qui gagne le derby de Ix'ndres », mais dont le « nom » répond enfin à son tourment : César Moro. Il l'impose à sa famille et à ses amis et entreprend de le légaliser auprès de l'état civil. Deux ans plus tard, il réussit à s'embarquer pour l'Europe. 11 imagine s'en tirer en vendant des « dessins » à des « revues ». Il a beau avoir déjà publié deux, trois poèmes, il se tient avant tout pour un « plasticien ». Secondairement, il souhaiterai! faire une carrière dans le « ballet ».

En 1926 et en 1927, il entre dans deux Expositions, à Bruxelles et à Paris, avec, pour une bonne part, des œuvres qu'il avait amenées de Lima. Francis de Miomandre loue sa « gémoétrie fleurie » : des thèmes locaux, mais traités dans un style « neuf, sobre, esthétique », né du « culte » que l'artiste a voué à Picasso.



Les difficultés du quotidien le convainquent vite de l'illusion, non seulement de ses rêves de « danseur », mais aussi de son espoir de vivre du travail artistique. Il a commencé la ronde des logis de hasard. S'il continue à peindre, ce sont des aquarelles, d'une grâce de plus en plus singulière, mais de format réduit. Viendra le moment où il restreindra son activité plastique à accompagner son activité poétique, sous l'espèce de collages ou de graphismes dont il couvrira ses cahiers de vers.

C'est en 1928 que, à travers sa cousine Alina de Silva, qui chante dans des cabarets fréquentés par les surréalistes, il prend contact avec le « groupe », auquel immédiatement il adhère. Il a entendu la « voix ». Il découvre que « le merveilleux est toujours beau », que « n'importe quel merveilleux est beau », qu'il n'y a « que le merveilleux qui soit beau ». Et aussi bien que les « mots », pour peu qu'on leur en donne la « liberté », n'arrêtent plus de vouloir « faire l'amour ».



En élisant dès lors la poésie, il adopte le français comme lingua prima de sa poésie. Cela définitivement, même si, une fois, à Mexico, il dérogera pour écrire La Tortuga Ecuestre.

Son adhésion au Surréalisme — dont portent trace deux numéros du S.A.S.D.L.R., le tract La Mobilisation contre la Guerre n'est pas la Paix et le livre Violette Nozières — ne l'empêche pas de mener une existence marginale. Son grand amour de ces années s'appelle Lev, ou Léon, un ex-cadet du Tsar qu'il a connu dans le milieu russe blanc du Shéhérazade, et de qui, jusqu'au bout, il gardera contre son lit une photo, tirée à Moscou peu de temps avant la révolution.

Fin 1933, il passe un long mois à Londres à attendre qu'appareille le navire de la Marine péruvienne sur lequel il doit retourner dans son pays. Il ne parlera jamais l'anglais, mais conservera de ce séjour un certain goût british, que traduiront dans sa poésie des récurrences, telles : « Mulford Lane » ou « Trafalgar Square ».



À Lima, il se lie avec Emilio Adolfo Westphalen, qui vient de publier Las Insulas Extranas et dont il illustre le second recueil Abolition de la Muerte. Ensemble ils secouent la torpeur ambiante. En mai 1935, Moro réalise la première Exposition proprement surréaliste du Continent sud-américain. Comme il a compté avec une amie chilienne, Maria Valencia, en résulte une polémique entre lui et Vicente Huidobro, à l'encontre duquel il lance le pamphlet El Obispo Emboullado. 1936-1937 : en compagnie d'E.A. Westphalen et de Manuel Moreno Jimenez, il diffuse cinq numéros de CADRE, au titre d'un Comité des Amis de la République espagnole.



En mars 1938, en butte aux représailles policières, il joue de ses relations avec l'ambassadeur Moisés Saenz pour émigrer au Mexique. Il restera dix ans dans la capitale de l'ancien Anahuac, Peu après son arrivée, il reçoit Breton qui est venu rencontrer Trotsky sous l'égide de Diego Rivera. Naît l'idée de tenir une grande Exposition internationale du Surréalisme à Mexico. Celle-ci ouvrira en janvier 1940, ordonnée à distance par Breton et montée sur place par Wolfgang Paalen et par Moro, qui écrit la présentation du Catalogue.

Dès mai 1938, il a rencontré Antonio, qui sera la plus forte passion de sa vie et qui lui inspire La Tortuga Ecuestre, en attendant Lettre d'Amour, la série interrompue des Carias, etc.

Auprès d'Agustin Lazo, il se remet avec une certaine intensité à la « cuisine » picturale. Il songe à publier La Tortuga, mais finalement opte pour deux publications françaises : le recueil Le Château de Grisou et la susnommée Lettre d'Amour.

Il collabore à Dyn, la revue de Paalen ; à El Hijo Prôdigo, qu'anime Xavier Villaurrutia. En 1944, la parution du n° 4 de VW, que Breton dirige à New York, entraîne son désaccord avec le cours que prend le Surréalisme ; un désaccord sur lequel il s'explique, l'année suivantée, en fonction des « réserves » qu'il oppose à Arcane 17. Tant qu'il continue à Mexico, le plus important pour lui s'avère Végrégore qu'y ont constitué des émigrés de diverses origines, tous à quelque degré concernés par le Surréalisme — Paalen, Alice Rahon, Remedios Varo, Leonora Carrington, Esteban Francés, les Onslow-Ford —, mais aussi des Mexicains comme Lazo et Villaurrutia, de la génération de Contemporâneos que le Surréalisme n'a pas marquée au premier chef.



En mai 1947, Westphalen lance à Lima le premier numéro de Las Moradas, une revue à laquelle Moro tout de suite collabore : un hommage à Bonnard, un autre à Proust, deux des phares, chacun en son domaine, au fanal desquels, depuis qu'il a balancé le dogme, il éclaire sa lanterne.

En avril 1948, Moro quitte Mexico pour rentrer définitivement au Pérou. J'arrive moi-même à Lima en novembre de cette année. Commence aussitôt notre amitié. Fin 1949, dans le dernier numéro de Las Moradas, que Westphalen boucle avant de partir pour New York, Moro présente une Anthologie de Pierre Reverdy, « le plus grand des poètes vivants ». Il date de « Lima l'horrible » son seul poème espagnol des dernières années. Il écrit Amour à Mon, qu'il laissera inédit comme presque toute son œuvre. Il doit à Enrique Molina de pouvoir néanmoins publier, en 1954, la plaquette Trafalgar Square.

Mi-1955, le reprend soudain l'envie de peindre. De grands pastels, comme des soleils d'autres mondes, qu'il épingle à mesure sur ses murs. C'est à partir d'eux que, en août 1956, Fernando de Szyzslo et moi organiserons une Exposition-Hommage, dont le produit me permettra d'éditer la poésie et la prose espagnoles de Moro, ainsi que sa poésie française de l'ultime période : celle que reprend, avec de légères rectifications le présent volume.



Moro était mort, d'une maladie non identifiée, aux premiers jours de janvier de cette année 1956.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



César Moro
(1903 - 1956)
 
  César Moro - Portrait  
 
Portrait de César Moro


Biographie

Il naît à Lima le 19-VI1I-1903. Fils d'un médecin d'origine provinciale, le docteur Quispes Asin, qui meurt quand il n'a pas encore cinq ans. Pour subvenir à l'éducation de ses trois frères et lui, sa mère prend quelques pensionnaires, dont une vieille fille au pittoresque saugrenu, Maria Carreno, qui toute sa vie fournira à la mythologie du poète. Autres éléments de son enfance qu'il retenait : l

Bibliographie / Œuvres

l'œuvre de César Moro