Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Béroalde de Verville

Sonnet xix - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Béroalde de Verville





De feu, d'horreur, de mort, de peine, de ruyne,
Jours, nuits, ans, temps, moments, je me sens tour-

[menté,



Et sous les fers meurtriers de ma captivité,
Je vois l'amour cruel qui mon ame ruyne.

Je me perds de l'angueur, de douleur je me mine,
Ma vie fuyt de moy par trop de cruauté,
Et de mortels desdains mon esprit agitté
Sent le dernier effort qui ma vie termine.



Vous filles de la nuit, vous fureurs éternelles,

Vous qui froissez la bas dessouz voz mains cruelles
Les esprits eschappés du monde et de leurs corps



Chassés, de vos rigueurs la rigueur de ma gesne,
Et si la peine peut se chasser par la peine,
Faites fuyr de moy la mort par mille morts.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Béroalde de Verville
(1556 - 1626)
Portrait de Béroalde de Verville