Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Béroalde de Verville

La muse celeste - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Béroalde de Verville





D'un plus chaste brasier que du feu de
Cyprine*,
J'allume de mon cceur le bienheureux flambeau,
Et dessous les effets de mon désir nouveau
J'adore le sujet de ma flamme divine.



Le doux air souspirant en ma chaste poitrine,
Me fait dresser mes vœux à un sujet si beau,
Que sans craindre le soin, la peine, ou le tombeau,
Je me guide au
Soleil qui mon ame illumine.



Toy qui tiens en ta main comme un estoeuf les
Cieux,
Tire de mon esprit à ta grandeur les yeux
Et fay qu'en bien t'aimant je trouve en toy ma vie,



Et que ce feu divin qui ne rend langoureux

Ceux qui vivent par luy, en mon souhait heureux
D'une éternelle ardeur me tienne compagnie.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Béroalde de Verville
(1556 - 1626)
Portrait de Béroalde de Verville