Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Antoine Favre

Mon aage ainsi que vent d'heure en heures s'envole - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Antoine Favre





Mon aage ainsi que vent d'heure en heures s'envole,
Ou comme la fumée qui se dissipe au vent,
Ou comme d'un oyseau, qui gaigne le devant,
L'ombre sans yeux, sans pieds, sans air, sans aisles vole.



Ou comme un trait : qui fend la campagne d'Aeole,
Ou comme l'eau, qui va la mer mesme bravant,
Ou comme une vapeur sur les eaux s'eslevant,
Ou d'un songe frivol l'ombre encor plus frivole.



Areste-le, ô bon
Dieu, qu'il ne s'eschape ainsi,
Pour me donner le temps d'impetrer ta mercy,
Non, ne t'arreste pas, un instant peut suffire.



Mais avance l'instant, qui tant d'heur me donra,
Puis l'autre instant soudain, qui mes jours finira,
Le reste n'est que mort : fol est qui la désire.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Antoine Favre
(1557 - 1624)
 
  Antoine Favre - Portrait  
 
Portrait de Antoine Favre