Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Antoine Favre

Le phénix ja chargé de chair, et de vieillesse - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Antoine Favre





Le
Phénix ja chargé de chair, et de vieillesse
Amoureux d'une mort, qui meure de plaisir,
Vole aux montz les plus hauts pour mill' odeurs choisir,
Don en après son lict, du lict sa tombe il dresse.



Là de douceur, il meurt, ains que sa mort le presse,
Et faisant de sa cendre, un vermillon jaillir,
Ses plumes il reprend, et son premier désir
D'estendre à cinq cens ans sa nouvelle jeunesse.



Ha ! que ma chair me put, que vieil est mon péché !
Je me meurs, mais, ô
Dieu, que ne suis je couché
Sur
Calvaire, où ta
Croix tant d'odeurs me présente.



Pour vermisseau bien tost je me recognoistray,
M'estant tel recogneu homme je deviendroy,
Ma
Mort en fin serait de la
Mort triomphante.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Antoine Favre
(1557 - 1624)
 
  Antoine Favre - Portrait  
 
Portrait de Antoine Favre