Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Antoine Favre

Ce n'est pas sans raison, que l'homme on accompare - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Antoine Favre





Ce n'est pas sans raison, que l'homme on accompare
A l'arbre renversé, dont la racine en haut
La cyme tend en bas, puisque tousjours il faut
Qu'il ait son centre au
Ciel, qu'il ait son
Dieu pour

[phare.



Comme de son trésor vit le cœur de l'avare,

Et de tous autres biens rien du tout ne luy chaut,
Ainsi l'homme chrestien né pour franchir ce saut
Doit tousjours tendre au lieu, où gist son bien plus rare.

Mais quel
Ciel voi-je icy encor plus renversé ?

Un dieu fait homme en terre, un homme au ciel placé,
Un ciel tout cristallin quint-essencé du marbre :



Estre humble par la
Croix, et s'en glorifier,
Se voir n'estre que terre, et se déifier,
N'est-ce renverser tout pour redresser cest arbre ?










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Antoine Favre
(1557 - 1624)
 
  Antoine Favre - Portrait  
 
Portrait de Antoine Favre