Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Antoine Favre

Biographie, œuvres de Antoine Favre


Poésie / Poémes d'Antoine Favre





Naissance: 5 octobre 1557 Bourg-en-Bresse
Décès: 1624

Antoine Favre, baron de Pérouges, est un juriste et écrivain savoisien.

Fils d'un haut magistrat de la Bresse, Antoine Favre débute ses études au collège de Meximieux, puis les poursuit chez les jésuites à Paris. Il part ensuite à l'Université de Turin où il obtient un doctorat de droit. À 22 ans, il est avocat et docteur en droit ; son premier livre paraît deux ans plus tard. En 1574, à 27 ans - soit avant l'âge requis - il est nommé juge-mage à Bourg-en-Bresse.



Le président Favre est né à Bourg le 4 octobre 1557 et baptisé le 5 ; avocat au Sénat, juge en Bresse, président du Conseil de Genevois, Premier Président du Sénat de Savoie, mort à Chambéry le 28 février ou le 1" mars 1624 ; marié en premières noces à Benoîte Favre, morte en 1605 ; en secondes noces, avant septembre 1606, à Pbiliberte Martin de La Péruse, ensevelie à Chambéry le 11 janvier 1624.
Son œuvre juridique pèse une tonne ; son œuvre poétique se compose des 300 sonnets des Méditations, moment décisif de la poésie spirituelle avant La Céppède, et de la forme sonnet avant Malherbe.
Un de ses fils fut le grammairien Vaugelas. Saint François de Sales fut son ami. On conserve 76 lettres de lui à saint François et 20 de saint François à lui. Honoré d'Urfé l'estima ; Gaspar Bachet de Méziriac, était son parent.

L'Académie Florimontane : « La cité d'Annecy était semblable à celle d'Athènes sous un si grand prélat que François de Sales et sous un si grand président qu'Antoine Favre, et étoit habitée d'un grand nombre de docteurs soit théologiens soit jurisconsultes soit bien versés en lettres humaines. C'est pourquoi il entra dans l'esprit tant du bienheureux François que du président Favre d'instituer une académie en une si grande abondance de beaux esprits. Ce dessein étant proposé fut généralement approuvé d'un chacun et parceque les Muses fleurissaient parmi les montagnes de Savoie, il fut trouvé fort à propos de l'appeler Florimontane et de lui bailler pour devise un oranger avec ces mots : "Fleurs et Fruicts". »
Il mourut peu après saint François, entouré de la considération générale. Son biographe tient à disculper sa mémoire du reproche dont l'auteur de l'Histoire de Savoie l'a chargée à propos de la clôture d'un étroit passage allant, sous sa maison de Chambéry, de la rue du Reclus à la petite rue Maçonnai. L'affaire est fort embrouillée mais les arguments de M. Mugnier en sa faveur sont très convaincants. Le nuage chassé, terminons par l'épitaphe que rappelle Guicheron en son Histoire de Bresse et de Bugey; épitaphe fort simple au renom d'un homme si illustre : « Passant, passe outre, et ne t'amuse point à répandre des larmes sur ce cercueil, où gît celui que la grandeur de ses œuvres fera survivre à ceux qui viendront après lui. S'il est mort c'est pour la jurisprudence, il va aussi par elle, et elle pour lui aux Eternités. »

Lettre du Président Favre à saint François de Sales sur ses Entretien spirituels :
« Peut-être avez vous oui dire à je ne sais qui qu'autrefois j'avais fait du Poëte, ou pour le moins mentir du versificateur. Ce n'était pas assez que vous m'en eussiez fourni les premiers mouvements : vous en avez fait naître le sujet, lorsque pendant un séjour à Nécy, ces mois passés, vous me fîtes concevoir le désir de m'égayer dans le champ si spacieux de la poésie spirituelle. Le principal fut, que possédant continuellement de la douceur de votre conversation, cette indissoluble liaison de nos âmes, ne pouvait faire moins, pour froid que je fusse aux choses de dévotion, que de me communiquer quelque étincelle de ce saint feu qui vous dévore de l'amour de Dieu. En somme vous avez eut tant de pouvoir, non seulement sur ma volonté, qu'en moins de six ou sept semaines, parmi tant d'autres empêchements, j'ai achevé cette première centurie de sonnets spirituels de l'Amour Divin et de la Pénitence... »

Œuvres

Conjecturarum juris civilis; 1. XX, essais juridiques - Lyon, 1580-1581
Les Gordians et Maximins ou l'Ambition, tragédie en 5 actes et en vers - Chambéry, Pomar, 1589
Centurie premiere de sonets spirituels de l'amour divin et de la penitence", dédiée à François de Sales - 1595
De Erroribus Pragmaticorum et interpretum juris. Chiliades, essais juridiques 4 vol. - Lyon, 1598 (Les Cent décades des erreurs des praticiens).
De Patrui hoereditate in solos fratrum filios dividenda - Lyon, 1598
Les Entretiens spirituels dédiés à Madame Marguerite princesse de Savoye, œuvre de poésie religieuse et morale - Turin, 1601
Rationalia in Pandectas, 5 vol. in-folio - Genève, 1601
Codex Fabrianus definitionum forensium et rerum in sacro Sabaudiae Senatu tractatarum, recueil de décisions du Sénat de Savoie et ouvrage jurisprudentiel, en 9 livres - Genève, Lyon, 1606 (La loi et les prophètes)
Jurisprudentiae Papinianae sententia ad ordinem institutionum imperalium efformata, Ouvrage jurisprudentiel - Lyon, 1607
De variis nummariorum debitorum solutionibus adv. Carol, Molineum - Turin, 1614
De Montisferrati Ducatu contra ducem Mantuae pro duce Sa­baudiae consultatio - Lyon, 1619
De Laudimiis Decades - Turin, 1629
Informationes facti et juris in causa ferrariensi







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Antoine Favre
(1557 - 1624)
 
  Antoine Favre - Portrait  
 
Portrait de Antoine Favre