Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

André Malraux

Les Noyers de l'Altenburg


Poésie / Poémes d'André Malraux





(Gallimard 1948, p. 127-128)



« Qu'est-ce que l'acanthe ? Un artichaut stylisé. Stylisé, c'est-à-dire humanisé : tel que l'homme l'eût fait s'il eût été Dieu. L'homme sait que le monde n'est pas à l'échelle humaine ; et il voudrait qu'il le fût. Et lorsqu'il le reconstruit, c'est à cette échelle qu'il le reconstruit.

Résumant des réflexions récentes, il retrouvait d'instinct le tour apho-ristique de sa conversation et de ses cours : la discussion cristallisait toujours sa pensée.



« Notre art me paraît une rectification du monde, un moyen d'échapper à la condition d'homme. La confusion capitale me paraît venir de ce qu'on a cru — dans l'idée que nous nous faisons de la tragédie grecque, c'est éclatant ! - que représenter une fatalité était la subir. Mais non ! c'est presque la posséder. Le seul fait de pouvoir la repiésenter, de la concevoir, la fait échapper au vrai destin, à l'implacable échelle divine ; la réduit à l'échelle humaine. Dans ce qu'il a d'essentiel, notre art est une humanisation du monde.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



André Malraux
(1901 - 1976)
 
  André Malraux - Portrait  
 
Portrait de André Malraux