Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

André Breton

FrÔleuse - Poéme


Poéme / Poémes d'André Breton





Mes malles n'ont plus de poids les étiquettes sont des

lueurs courant sur une mare
Sera-ce assez que tout pour cette contrée où mène

bien après sa mise au rebut la diligence de nuit
Toute en cristal noir le long des meules tournant

de cailles

Château qui tremble et j'en jure que vient de poser

devant moi un éclair
Lieu frustré de tout ce qui pourrait le rendre habitable
Je ne vois qu'étroits couloirs enchevêtrés
Escaliers à vis

Seulement au haut de la tour de guet Éclate l'air taillé en rose
Bannie superstitieusement la place primitive d'une

brassée de joncs pour s'étendre
L'architecte fou de ce qui restait d'espace libre
Semble avoir rêvé un garage pour mille tables rondes
A chacune d'elles sont présumés souper au caviar

au
Champagne
Avec moi des bustes de cire plus beaux les uns que

les autres mais parmi eux méconnaissable s'est

glissé un buste vivant

Bustes car il n'y a qu'une nappe à reflets changeants

pour toutes les tables
Assez lacunaire pour emprisonner la taille de toutes

ces femmes fausses et vraies
Tout ce qui est ou manque d'être au-dessous de la

nappe se dérobe dans la musique
Oracle attendu de la navette d'un soulier
Plus brillant qu'un poisson jeté dans l'herbe
Ou d'un mollet qui fait un bouquet des lampes de

mineur
Ou du genou qui lance un volant dans mon cœur
Ou d'une bouche qui penche qui penche à verser

son parfum
Ou d'une main d'abord un peu en marge à l'instant

même où il apparaît qu'elle n'évite pas un rapport

d'ailes avec ma main 0 ménisques

Au-delà de tous les présents permis et défendus
A dos d'éléphants ces piliers qui s'amincissent jusqu'au fil de soie dans les grottes
Ménisques adorable rideau de tangence quand la

vie n'est plus qu'une aigrette qui boit
Et dis-toi qu'aussi bien je ne te verrai plus











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



André Breton
(1896 - 1966)
 
  André Breton - Portrait  
 
Portrait de André Breton


La vie et l'œuvre d'andré breton

André Breton est né le 18 février 1896, à Tinchebray (Orne). En 1913, alors qu'il suit les cours du P.C.B. à Paris, il rencontre Paul Valéry, qui restera pour lui l'auteur de Monsieur Teste. Affecté en 1916 au service de santé à Nantes, il y trouve un étrange patient, Jacques Vaché, dont l'humour et le détachement singuliers le fascinent, comme à la même époque le fascinent la poésie de Rimbaud (e

Essais, études et témoignages