Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Alphonse de Lamartine



Chronologie de Alphonse de Lamartine


Poésie / Poémes d'Alphonse de Lamartine





Lamartine est né à Mâcon, tout à la fin de 1890 ou au commencement de 1891. Son grand-père avait exercé autrefois une charge dans la maison d’Orléans, et s’était ensuite retiré en province. La Révolution frappa sa famille comme toutes celles qui tenaient à l’ordre ancien par leur naissance et leurs opinions : les plus reculés souvenirs de M. de Lamartine le reportent à la maison d’arrêt où on le menait visiter son père.



Sa carrière diplomatique et politique : d’abord nommé attaché d’ambassade à Naples en mars 1820, Lamartine est élu tour à tour député à Bergues (Nord) en 1833 après un voyage en Orient (1832), conseiller général de Mâcon, ministre des Affaires étrangères. Il devient chef du gouvernement provisoire de 1848. La même année, il est battu aux élections présidentielles. Parallèlement à cette carrière politique, Lamartine continue d’écrire.







1790

- Octobre, naissance d'Alphonse de Lamartine.



1797

- La famille de I-amartine s'installe à Milly.



1811

- Lamartine séjourne en Italie. Il y nouera une relation amoureuse avec Antonia Iacomino (Graziella).



1816

- Au début de l'année, janvier (?), Antonia meurt. Lamartine ne l'apprendra qu'en avril. A Aix, Lamartine rencontre Julie Charles, la future Elvire.



1820

- Lamartine fait paraître les Méditations poétiques, qui eurent un grand succès.



1823

- Parution de La mort de Socrate, puis des Nouvelles Méditations poétiques.



1825

- Lamartine publie Le Dernier chant du pèlerinage d'Harold.



1830

- Lamartine fait paraître les Harmonies Poétiques et Religieuses.



1832

- Le poète s'embarque pour Beyrouth.



1833

- Lamartine est élu député de Bergues.



1836

- Parution de Jocelyn, long poème en neuf époques.



1838

- Parution de La Chute d'un Ange, long poème en quinze visions.



1838

- Publication des Recueillements poétiques.



1847

- Lamartine fait paraître L'Histoire des Girondins.



1848

- Lamanine est porté par le peuple de Paris au pouvoir. Il sera ministre des Affaires étrangères du Gouvenement Provisoire.

II est l'élu de dix départements et recueille 1 600 000 voix. Echoue à l'élection présidentielle où il n'obtiendra que 17 910 voix.



1849

- Publie L'Histoire de la révolution de 1848.



1850

- Première de Toussaint Louvenure (Théâtre).



1851

- Le Tailleur de pierres de Saint-Point. 1856 - Parution du Cours familier de littérature.

Rédige la Vigne et la Maison.



1858

- Est votée en sa faveur ce qu'il appellera « la souscription de

l'injure ». 1860 - Asphyxié par les dettes, il vend la demeure familiale de

Milly.



1863

- Mort de Marianne-Elisabeth, son épouse. 1867 - Lamartine épouse sa nièce, Valentine de Cessiat.



1869

- Mort d'Alphonse de Lamartine dans la soirée du 28 février.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Alphonse de Lamartine
(1790 - 1869)
 
  Alphonse de Lamartine - Portrait  
 
Portrait de Alphonse de Lamartine


Biographie / Œuvres

Alphonse de Lamartine est né à Mâcon en 1790. Après une enfance passée à Milly, Lamartine voyage en Italie, puis se met au service de Louis XVIII. C'est à cette époque qu'il commence à composer de la poésie. Son premier ouvrage, Les Méditations poétiques, publié en 1820, reçoit un succès retentissant et il n'est pas exagéré d'affirmer que ce livre est le premier recueil romantique de la littératur

Chronologie

Lamartine est né à Mâcon, tout à la fin de 1890 ou au commencement de 1891. Son grand-père avait exercé autrefois une charge dans la maison d’Orléans, et s’était ensuite retiré en province. La Révolution frappa sa famille comme toutes celles qui tenaient à l’ordre ancien par leur naissance et leurs opinions : les plus reculés souvenirs de M. de Lamartine le reportent à la maison d’arrêt où on le m