Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Alain Jouffroy

Palinodique adolescence - Poéme


Poéme / Poémes d'Alain Jouffroy





Enfant de la forge,

Partant en flèche dans les failles de l'informulé,

J'effraie les fils de la mollesse.

Ils dénient — tous —

Ma manie de renverser le signe de mon envolée.

Si je me voulais vivant vainqueur

De mes bouderies, de mes dénégations,

Je sacrifierais mon pacte,

Mais sacrifié, acculé à moi

Comme au dernier des box,

Ma main tapoterait quelques secondes le bord du monde

Et, tavelée, s'effriterait, ruine romaine.



Échappant à ma forge, je fais

Volte-face dans la fugitive influence du rien.

Surpris, j'entends mon alter ego,

Alors que d'impatientants obstacles

Limitent mon orbe à ma tête.

Je cloisonne l'illimité,

Calfeutre mes phrases, honteux

De voir briller — si tôt — mes nerfs lugubres.



Je convoque ma jeunesse et lui dis :
Comprends-moi.
Tu t'es acharnée

À gaspiller tes exigences.
Tu t'es niée.

Tu t'es expurgée de monumentales poutres,

Tu as déraciné des baobabs d'erreurs.

Vaincue, transfigurée, qu'es-tu,

Sinon fatiguée, méconnue ?

Toi qui voulais arracher des miaulements à la pierre,

Tu meurs, tu trébuches

Sur le seuil effilé du réel.

Comprends-moi.
Détends-toi.

Mes nuées actuelles te nient,

Eclipsent tes astéroïdes surannés.

Où me conduisais-tu, vide encore de projets ?

Tu piétinais, dans l'attente d'un non-lieu universel!

Et déjà,

Le tombereau du soleil cannibale grinçait dans tes jambes.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Alain Jouffroy
(1928 - ?)
 
  Alain Jouffroy - Portrait  
 
Portrait de Alain Jouffroy


Bibliographie