Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Adrien de Gadou

Lors que madame en quelque obscur manoir - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Adrien de Gadou





Lors que madame en quelque obscur manoir
Entre de front, ou bien qu'elle est assise
Il m'est advis que la
Lune j'advise
Naistre de nuict, par un temps sombre, et noir :



Et si de jour, encor', je la puis voir
Ou le soleil, en sa grand force, luyse
Semble à mes yeux qu'elle, au soleil destruyse
Comme elle faict, et lumière, et pouvoir :



Madame, donq', à la voir, représente
La claire lune, et est, encor' luysante
Plus que
Phebus n'est en son clair midy :



Mais son effect tient plus des deux, ensemble,
Car au soleil (me bruslant) il ressemble :
Et à la lune, estant trop refroidy.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Adrien de Gadou
(1550 - 1600)
Portrait de Adrien de Gadou