Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Achille Chavêe

Persistance - Poéme


Poéme / Poémes d'Achille Chavêe





Je fus je reste un alibi déchiré

un abîme déchirant

aux trous accessoires de voyance logique

aux hymnes qui absorbent quand on monte

qui dévorent quand on descend

je fus je reste je suis toujours

une corde de la harpe gigantesque

au sexe de pierre philosophale

sécrétant la perle
LIBERTÉ

toujours sainement orgueilleux

comme il convient de l'être

quand on a vécu vaincu l'enfer des hommes

qui n'ont qu'une âme désaffectée

qu'un purgatoire différentiel

qu'un paradis de perdition



Toi mon démon qui me protèges

sauve-moi de la vie et de la mort faciles

aux serments regrettables

sauve l'homme tout court

que notre siècle n'a pas inventé mais recueilli

l'homme précieux aux miracles très simples

à portée des lèvres

l'homme aux leviers de certitude rouge

de racines méticuleuses

de promesses harassantes

l'homme aux matériaux d'éternité concrète

modelant de sa griffe royale



de ses pouces de sculpture

les si bonnes choses évidentes

l'abondance universelle

les bonnes rasades collectives

les beuveries d'étoiles sous le gel

sauve l'homme tout court

qui a des yeux qui a des mains

des oreilles multiples invendables

qui poussent dans les champs de la nuit flagellée

de la nuit crucifiée

sur notre corps de colère

sur notre corps de misère

sur notre corps de lumière

notre corps déchiré écorché de mystère











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Achille Chavêe
(1906 - 1969)
 
  Achille Chavêe - Portrait  
 
Portrait de Achille Chavêe