Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Achille Chavêe

Adjuge - Poéme


Poéme / Poémes d'Achille Chavêe





C'est au café du
Bassin .

à cent pas de chez moi

que je tiens les propos sévères

d'une inhumaine vérité

que j'écris des poèmes criés

sur une table d'infortune

c'est là que je fuis mes fantômes

que je retarde

jusqu'au plus profond de la nuit

le dramatique cri

de ma clé introduite

dans la serrure de la maison qui pleure



Souvent ce sont les éléphants

qui veulent bien communiquer

à mes oreilles attentives

les grands secrets de la savane

ce sont les braves éléphants

à la bonne et fidèle mémoire

ils adorent les anecdotes

ils viennent tout me raconter

et le secret des autres bêtes

et celui des sorciers velus

et celui de la négresse nue

qui s'est dressée sous l'Equateur

criant la nuit dans l'énorme silence :

je suis la femme que les dieux en devenir

ont pénétrée de leur sexe géant

pour que ton cœur soit dans mon cœur

pour que tout s'accomplisse dans la douleur



30 décembre 1961.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Achille Chavêe
(1906 - 1969)
 
  Achille Chavêe - Portrait  
 
Portrait de Achille Chavêe